On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Genre: Jeu de bourre-pif • Editeur: Capcom • Date de sortie: 20 novembre 2008 (XBLA)

Super Street Fighter II Turbo HD Remix

Par • le 23/1/2009 • À la une, PlayStation 3, Tests & previews, Xbox 360 • Exemplaire du jeu payé avec nos sous •

Souvenirs, souvenirs. Nous sommes au mois d’avril 1991, je feuillette le numéro 8 de Player One et c’est en toute fin de magazine que je découvre, au sein de la rubrique L’arcade dépasse les bornes tenue par Wonder Fra, un jeu qui titille mes sens de fan absolu de Final Fight. La chose s’appelle Street Fighter II, les sprites ont l’air fabuleusement gros, on y parle de six boutons par joueur et d’une profusion de coups, c’est un jeu de combat en un contre un avec huit personnages au choix, genre assez rare à une époque surpeuplée en beat’em up, et la suite d’un titre déjà mythique mais que je n’avais pas encore la chance de connaître. Il me faudra patienter trois mois supplémentaires pour avoir la chance de trouver une borne, c’est l’été 1991, quand je glisse ma pièce de cinq Francs m’octroyant trois crédits je suis loin de me douter que le jeu auquel j’allais jouer, j’y jouerai encore près de vingt ans plus tard avec le même plaisir.

Alec houuu

Et une bouboule, une !

Inutile je l’espère de vous faire l’affront de vous présenter Street Fighter II jeu de combat au succès phénoménal, aux bootlegs hallucinants, aux portages nombreux (la meilleure version console se payant le luxe de tourner, excusez du peu, sur 3DO), et aux multiples updates. Car vous n’êtes pas sans savoir qu’après le Street Fighter II original, sous-titré The World Warrior, Capcom sortit Street Fighter II’ – Champion Edition permettant de jouer avec les quatre boss, puis Street Fighter II Turbo – Hyper Fighting proposant des évolutions dans le gameplay et une vitesse de jeu remaniée, puis Super Street Fighter II – The New Challengers offrant comme son nom l’indique quatre nouveaux combattants au roster d’origine ce qui porte le total à seize, et enfin Super Street Fighter II Turbo (aussi connu au Japon sous le titre Super Street Fighter II X – Grand Master Challenge) proposant de choisir sa vitesse de jeu, modifiant une fois de plus le gameplay en proposant une palette de nouveaux coups, et introduisant un nouveau perso en guise de boss caché. Cette version semblait être le Street Fighter II définitif et le resta pendant plusieurs années jusqu’à ce qu’en 2004, pour fêter le 15ème anniversaire de la licence, Capcom sortit en arcade un Hyper Street Fighter II – Anniversary Edition. Le grand travail de recyclage allait-il en rester là ? Bien sûr que non, puisqu’en 2006 fut annoncé en grande pompe une version HD du titre, avec sprites redessinés par des artistes du studio Udon pour profiter des résolutions des consoles modernes. Les attentes des fans étaient nombreuses, les craintes de trahison également car le gameplay devait être lui aussi retouché afin de proposer la version ultime du titre. Après presque deux ans d’attente, de nombreuses appréhensions au vu de screenshots disséminés ici et là, de vidéos promotionnelles complètement honteuses au point qu’on se demande si c’est du second degré, Super Street Fighter II Turbo HD Remix a enfin débarqué sur le Xbox Live Arcade et le Playstation Network américain. En effet pour une raison aussi oscure que le torpillage de la licence Rock Band par EA, le jeu n’est toujours pas sorti sur le PSN en Europe. Les voies de la connerie humaine sont décidément impénétrables.

Are you Ken ? Sure you’re Ken !

Paf dans ta gueule !

Dès l’intro du jeu on est mis dans le bain: musique remixée, écran-titre aux polices de caractère abominables, ça sent le Jacky par ici. Une sensation confirmée par les premiers combats: certains sprites sont vraiment pas folichons. Cammy par exemple est vraiment ratée, Fei-Long n’est pas jojo, là où des T-Hawk ou des Zangief sont relativement réussis. Même remarque pour les décors, ça va du très chouette (Ryu) au quelconque (Zangief) quand ce n’est pas carrément surchargé façon sapin de Noël (Balrog). On savait que les animations des sprites n’auraient pas évolué pour garder les timings au frame près d’origine, soit, mais rajouter une ou deux étapes d’animation sur les persos du décor n’aurait tué personne… Même si le résultat global se trouve tout de même être assez agréable à l’oeil. Les musiques sont, dans l’ensemble, de bonne qualité: des remixes Overclocked ont été utilisés. Le jeu propose même de jouer avec les sprites et les musiques d’origine pour les puristes par contre les décors seront toujours ceux du remix, et jouer avec des persos pixellisés et flous au dessus rend bizarrement. Premières impressions pad en main: la croix de direction de la manette Xbox 360 est décidément abominable et absolument pas adaptée à un jeu comme Street Fighter. Les plus fortunés d’entre vous se tourneront donc vers un joystick d’arcade, les autres vers un joypad dédié, et les prolos se contenteront de jouer avec le stick analogique de la manette d’origine, bien plus confortable même si toujours pas idéal. Après un rapide temps d’adaptation, on commence à prendre plaisir à ressortir les bons vieux coups spéciaux d’autrefois, certaines manipulations ayant été facilitées par rapport au jeu d’origine (le 360° de Zangief, par exemple, se transforme ici en un 180° bien plus aisé à sortir). Les modifications de gameplay apportées par David Sirlin et son équipe sont subtiles mais certaines redonnent de l’intérêt à des personnages délaissés. Guile y gagne un Flash / Somersault Kick bien plus efficace, le Spinning Bird Kick de Chun-Li sert enfin à quelque chose.

Ta gueule Robocop !

Viens dans les bras de tonton Zangief, viens !

Le mode solo propose quatre niveaux de difficulté, de Facile à Expert en passant par Normal et Difficile. Néammoins si vous êtes un débutant à Street Fighter II, point de salut: vous n’êtes pas prêt de voir la tête des boss à moins de passer beaucoup de temps sur le niveau Facile. Basé sur son ancètre Super Street Fighter II X, Super Street Fighter II Turbo HD Remix est en effet d’une difficulté éprouvante, peut-être moins abusée que Hyper Street Fighter II mais tout de même complètement inabordable pour un néophyte total. Ne parlons même pas d’Akuma, proposé en personnage jouable plus ou moins bien caché, qui se révèle être Shin Akuma lorsqu’on le rencontre dans le mode solo: redoutablement rapide, terriblement puissant, disposant de nombreuses frames d’invincibilité et ayant priorité sur quasiment tous vos coups, il est absolument imbuvable. Après plus d’une cinquantaine de tentatives je ne l’ai jamais battu. Je suis peut-être une bite, reste que ce personnage me paraît être totalement déséquilibré et complètement abusé par rapport aux autres. Préparez-vous à balancer des manettes dans le mur si vous avez décidé de vous frotter à lui… Pourtant le mode solo et sa difficulté à s’arracher les cheveux n’est qu’une promenade de santé. Vous jouez à Street Fighter II depuis le collège, êtes quasiment invaincu au sein de votre cercle de potes et pensez avoir un bon niveau ? Vous allez vite déchanter après quelques parties en ligne: le niveau est tellement relevé qu’on se retrouve souvent à accuser le lag, la manette, voire même à hurler au cheat. Avec une telle diversité d’adversaires à portée de mains, l’intérêt du online est plus qu’évident: il est ici de qualité avec de très rares lags et une latence très faible donnant l’impression que celui qui vous tabasse est assis sur le canapé à côté de vous. Il faudra donc y passer du temps, parfois dans la douleur, avant de commencer à enchaîner les victoires. Mais c’est là le chemin indispensable de quiconque cherche à progresser…

Très difficile d'accès, trop probablement, Super Street Fighter II Turbo HD Remix est une belle remise au goût du jour d'un hit légendaire à l'aura intacte. Il ne saura toutefois s'offrir qu'aux plus acharnés, ceux qui auront le courage d'y passer le temps nécessaire, les autres risquant bien vite d'abandonner devant la difficulté démesurée et le niveau hallucinant des joueurs online.

Tags: , , , ,

est

joueur depuis 1985. Multiplateformes, multigenres, souvent exigeant, parfois tatillon, mais jamais blasé.


Email | Tous les posts de

8 commentaires »

  1. Et pour les idiots comme moi qui l’ont acheté sur le PS store US, ne pas le faire : il est quasi impossible de jouer en ligne, le lag étant juste atroce. Préparez vous à vous faire violer sans aucun recours, et surtout en vous rendant compte que vous rencontrez un paquet de quiches jouant akuma. Vaut mieux apporter ses potes à la maison.

    Et akuma me semble en effet super abusé. La boule de feu en saut étant assimilable à un air block … qui tape (sauf contre genre Ken, mais c’est à peu près tout), et permet des crossups scandaleux et, parrait il, des raging daemons inévitables.

  2. Non mais les mecs qui prennent Akuma pour jouer online méritent juste qu’on les pende haut et court.

    Par la bite.

  3. Etant un néophyte total de la série voir des jeux de combats en général (hormis Smash Bros où je vous viole tous en même temps – à sec), je crois que je vais attendre le 4 pour plonger parce que quitte à jouer à son ancêtre, je crois que ça sera plutôt sur émulateur avec des bons sprites :D

    Au niveau des manettes je me tâte à prendre ce genre de pad.
    Ca vaut quoi ?

  4. J’ai lu de bonnes critiques de ce pad, je me tâte même pour en prendre un. Pour l’instant j’ai ce stick et j’hésite entre le pad et cet objet de luxe.

    Sinon, Street Fighter IV est en préco à moins de 37 Euros sur Play.com. Y’a toujours le risque de ne pas l’avoir au day one, mais à ce prix-là, reste à choisir si on préfère être un early adopter ou un sage économe. Moi j’ai choisi.

  5. J’ai envie de faire le gros riche et prendre la collector edition :/

    En fait j’ai vraiment envie de plonger dans ce jeu avec luxe \o/

  6. Il semble que ce ne soient pas les mêmes composants entre le fighting stick et le real arcade, et qu’il faille donc privilégier ce dernier. Je ne sais pas si je sentirais la différence, mais je vais pour ma part certainement me prendre un truc custom full sanwa. Même si ce n’est que pour craner.

  7. Si tu n’as pas envie de t’emmerder à modder ton stick, le MadCatz Tournament Edition (le truc de luxe là) est en full Sanwa d’emblée.

  8. En facile : tu transpires
    En medium : c’est dur
    En hard : c’est pas possible

Ajouter un commentaire