On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Une soirée à l’eau riche

Par • le 17/9/2010 • Entre nous

J’arrive chez Microsoft vers 20h comme prévu et immédiatement je retrouve Pipo, je vais déposer mes affaires au vestiaire et à peine le temps de dire bonjour à Pascalou qu’on nous invite à entrer dans l’amphithéatre pour une présentation qui devrait durer, selon les organisateurs, environ 45 minutes.

Deux gars déguisés en MasterChief arrivent sur scène pendant que l’écran géant diffuse le teaser pour MasterChef, à 20h45 le jeudi sur TF1 dont l’immeuble est pile en face de l’autre côté de la Seine, tout le monde rigole bien et le ton est donné: c’est une soirée décontractée sous le signe de la lolance qui nous attend. L’un des deux spartans déguisés se trouve être le responsable France de Halo Reach, il explique un peu comment va se dérouler la présentation, trois parties nous attendent: « l’avant » Reach (même si techniquement, Reach étant un prequel, l’histoire se déroule avant celle du premier Halo), le jeu lui-même, et les produits dérivés puisque l’univers Halo est maintenant décliné en une multitude de produits: le gars parle de « phénomène de société » je n’irai pas jusque là malgré les chiffres très impressionnants qui nous sont présentés: en 48 heures Reach a déjà rapporté 200 millions de dollars, ce qui pulvérise n’importe quel autre produit culturel sorti cette année, et notamment Toy Story 3. Avec des résultats pareils, on comprend mieux cette ambiance détendue et ces sourires un peu partout.

On nous montre donc des cinématiques dépeignant l’univers Halo, enfin plus curieusement dépeignant l’univers des spinoffs de Halo puisque ce sont des vidéos sur Halo Wars et Halo: ODST qui nous sont présentées. Ma connaissance de la série étant plus que restreinte puisque le seul auquel j’ai eu la chance de jouer était ODST et encore, pas pendant bien longtemps et pas dans les conditions idéales, je n’avais d’ailleurs pas trop accroché à l’époque, bref pendant ces vidéos, pas si mal fichues je dois bien l’admettre, je n’ai un peu rien compris mais j’imagine que le fan qui s’est déjà enfilé les trois épisodes principaux s’est régalé. Vient ensuite une vidéo introductive à Reach, le scénario rappelle largement Battlestar Galactica et pourtant je n’ai jamais regardé Battlestar Galactica, Reach est le nom d’une planète sur laquelle sont développées les fameuses armures qui permettent à nos soldats génétiquements modifiés de devenir des Spartans (les mecs avec les casques de motocross là), cette planète va être attaquée et détruite par les Covenants qui vont provoquer la mort de 700 000 000 d’humains rien que ça. À côté d’eux, Al Qaeda ce sont des rigolos ! Une équipe de Spartans, la Noble Team, est envoyée pour essayer de sauver un peu la mise, enfin je crois je n’ai pas bien pigé cette partie du scénar, mais ceux qui ont déjà joué aux précédents jeux savent déjà que la planète va tomber. Vient ensuite une présentation du jeu en vidéo, avec les différentes nouveautés, qu’il s’agisse de l’arsenal ou du gameplay, et j’ai un peu peur que le jeu souffre du « syndrôme Star Wars » a.k.a « pourquoi dans des films supposés se dérouler AVANT, y’a des armes et des robots vachement plus balèzes que dans ceux qui suivent chronologiquement ? » mais vu que j’y connais rien à l’univers, j’aurai au moins la chance de ne pas m’en rendre compte.

Pour le « phénomène de société » on nous présente le film Halo: Legends composé de courts réalisés par des studios d’animation japonais, ce qui n’est certes plus trop original depuis Animatrix ou Batman: Gotham Knight mais montre tout de même que la licence jouit d’une certaine aura, puis le poisson d’avril d’IGN montrant un Halo façon Bollywood: bonne ambiance et éclats de rire fusent. Des cosplayers montent sur scène pour la finale d’un concours ayant pour thème l’univers Halo (évidemment) et le grand vainqueur est annoncé. Tous repartent avec des chouettes lots. Pour le finish toute la salle reprend en choeur une chanson en allemand dont le clip s’inspire de Halo, c’est vraiment du nawak total mais tout le monde s’amuse bien. Une fois la conférence terminée la soirée se poursuit, un circuit permet de se mesurer à la course de Warthogs radiocommandés, les petits fours sont exquis, les hotdogs sont sympa même si Caféine a piqué la dernière saucisse présentable, quatre postes permettent de tester un mode de jeu rappellant le mode Horde de Gears of War 2 et six postes sont réservés au Deathmatch, je m’y suis essayé pour voir et je me suis fait DÉFONCER. J’imagine que le mec qui a fait 52 frags en 15 minutes n’a pas découvert le jeu pendant la soirée… ce qui me laisse assez dubitatif quant au temps que je risque de passer sur le multi: me faire headshot à répétition dans un FPS au pad par des lycéens qui hurlent en allemand dans le micro me tente assez moyennement. Alors que je quitte la soirée on m’offre une sacoche bourrée de goodies ainsi que du fameux DVD de Halo: Legends et d’un exemplaire du jeu Reach: je vous donne donc rendez-vous ici même pour un test sans concessions… du mode solo, faut pas pousser non plus. Et puis il a pas l’air mal, le mode solo.

Merci à Microsoft et toute l’équipe de chez Edelman pour cette chouette soirée et le kit presse qui va avec !

est

joueur depuis 1985. Multiplateformes, multigenres, souvent exigeant, parfois tatillon, mais jamais blasé.


Email | Tous les posts de

30 commentaires »

  1. Un magnifique article. C’est toujours aussi passionnant d’entendre ces récits de soirées publicitaires et de leurs indispensables « petits cadeaux ».

    Le rédacteur en sort grandi, et le lecteur repart avec un peu de rêve.

  2. J’aurais aussi complètement pu la passer sous silence, de sorte que le lecteur ignore totalement dans quelles conditions sont traités certains rédacteurs / blogueurs qui ensuite refilent des notes de complaisance.

    C’est sûr que ça aurait fait avancer le Schmilblick !

  3. Tu aurais pu aussi ne pas aller à cette soirée, ne pas en parler, et laisser ça à ceux qui sont prêts à se vendre pour un ou deux DVD. Après tout je ne vois toujours pas ce que ce genre de soirée peut produire comme information importante pour le lecteur.

    Et si le but était de dévoiler ce qui se fait, se dit dans ces soirées-là, et les articles qui en découlent dans la blogosphère et les magazines, il aurait fallu écrire sur ce sujet, plutôt que de faire un truc mou, consensuel et dont la lecture est une pure perte de temps comme ce que j’ai lu plus haut.

    En produisant un tel article, même si tu penses ne pas être dupe, tu restes un relai qu’on achète (et pas bien cher en plus…) pour faire parler d’un produit. J’ai une plus haute opinion de ce qu’est (ou devrait être) le travail d’un journaliste. Même amateur, même de jeu vidéo.

  4. Tu aurais pu aussi ne pas aller à cette soirée, ne pas en parler

    La politique de l’autruche, donc ?

    Après tout je ne vois toujours pas ce que ce genre de soirée peut produire comme information importante pour le lecteur.

    Le simple fait que savoir qu’elles existent, ce qui n’est pas évident pour tout le monde. Ce n’est manifestement pas ton cas, tu es déjà informé, parfait. Ce n’est pas nécessairement celui de la généralité.

    Et si le but était de dévoiler ce qui se fait, se dit dans ces soirées-là, et les articles qui en découlent dans la blogosphère et les magazines, il aurait fallu écrire sur ce sujet, plutôt que de faire un truc mou, consensuel et dont la lecture est une pure perte de temps comme ce que j’ai lu plus haut.

    Oui bin pardon, je ne suis pas un habitué de « ces soirées-là », j’ai décrit la soirée telle que je l’ai vécue, et si tu as trouvé ça mou et consensuel c’est probablement parce que la soirée était consensuelle et que je n’avais pas de raison particulière de tailler un costard à l’organisateur.

    tu restes un relai qu’on achète (et pas bien cher en plus…) pour faire parler d’un produit

    Tu sais que même avec mon test du jeu (qui sera plutôt négatif, je tue le suspense) je vais « faire parler du produit » et que c’est le lot de n’importe quel site traitant de biens culturels ?

    J’ai une plus haute opinion de ce qu’est (ou devrait être) le travail d’un journaliste. Même amateur, même de jeu vidéo.

    Ça tombe bien, je ne suis pas journaliste, même amateur, même de jeu vidéo. Et si j’ai bien compris pour toi le travail d’un journaliste c’est de passer sous silence les soirées de lancement auxquelles il est convié, ou alors de se forcer à en dire du mal. C’est une curieuse conception du truc.

  5. Je ne vois pas en quoi on pourrait parler de « politique de l’autruche »… En disant cela tu confirmes seulement que ton agenda t’est dicté par les invitations (à des soirées pub) que tu reçois. Ta plume a-t-elle si peu de valeur qu’elle soit « obligée » par une simple invitation ?

    Et il ne s’agit pas de « dire du mal » ou de « tailler un costard à l’organisateur », mais d’adopter une posture critique – de garder son esprit critique – de relever un peu la tête du guidon pour voir dans quel système tu es embarqué. Tu es bien plus préoccupé à complaire à « l’organisateur » (normal puisque tu lui es redevable, ayant accepté son cadeau. Le principe du don/contre-don se retrouve en chacun de nous, et son pouvoir de contrainte est très puissant.) qu’à dévoiler réellement à tes lecteurs ce qui se joue dans ces soirées. Relis-donc ton texte !

  6. En disant cela tu confirmes seulement que ton agenda t’est dicté par les invitations (à des soirées pub) que tu reçois.

    Mais t’es qui au fait ? Comment tu connais mon agenda et qu’est-ce que tu sais des soirées auxquelles je participe puisqu’on m’y invite (oui parce que je me pointe rarement à une soirée privée dans laquelle je ne suis pas invité, tu vois), ou non, et sur lesquelles j’écris, ou non ?

    Ta plume a-t-elle si peu de valeur qu’elle soit “obligée” par une simple invitation ?

    Ma plume n’est obligée par rien du tout. Tu racontes n’importe quoi.

    Et il ne s’agit pas de “dire du mal” ou de “tailler un costard à l’organisateur”, mais d’adopter une posture critique – de garder son esprit critique – de relever un peu la tête du guidon pour voir dans quel système tu es embarqué. Tu es bien plus préoccupé à complaire à “l’organisateur” (normal puisque tu lui es redevable, ayant accepté son cadeau. Le principe du don/contre-don se retrouve en chacun de nous, et son pouvoir de contrainte est très puissant.) qu’à dévoiler réellement à tes lecteurs ce qui se joue dans ces soirées. Relis-donc ton texte !

    Mais comment ça « dévoiler réellement à mes lecteurs ce qui se joue dans ces soirées », tu crois qu’il y a des conspirations qui se jouent secrètement dans ces soirées ? C’est n’importe quoi. Si tu relisais mon texte, au lieu de m’inviter à le faire, tu verrais que j’y décris en détail très précisément TOUT ce que j’y ai vu: les vidéos auxquelles j’ai rien pigé, les courses de warthog, les petits fours, les bornes de démonstration, le concours de cosplay, et c’est marre. Tu cherches un reportage d’investigation sur les connivences entre éditeurs et journalistes ? Sur un blog collaboratif de hobbyistes sans aucune légitimité ? Tu sais ce que c’est un blog ?

  7. En fait je sais pas pourquoi je perds mon temps à répondre à un type qui manifestement s’est planté d’adresse et a juste envie de faire chier. Les compte-rendus de soirée, c’est 2 posts, sur 270 publiés ici. Ça occupe une place tellement prépondérante que je t’invite à te barrer et à ne plus lire le site, tu t’emmerderas moins.

  8. J’ai dû toucher un point sensible pour mériter une telle agressivité. Enfin je me serais contenté d’un mea culpa, hein. Réponses rapides, car je crois avoir compris que tu ne voulais plus en parler :

    – sur l’agenda : tu as dit toi-même qu’il fallait parler de la soirée sinon c’était « la politique de l’autruche »… Donc ton agenda (-> ce dont tu parles sur le site. Je dis ça dans le sens d' »agenda médiatique ») est bien dicté par les invitations qu’on t’envoie.

    – sur « dévoiler », je parle du système ; ne pas envisager cela et penser immédiatement à une conspiration ne prouve qu’une certaine immaturité et une méconnaissance totale des postures critiques qui sont celles, par exemple, de Bourdieu (sur les différents champs, dont par exemple le champs journalistique) ou de Chomsky (sur les médias). Bon, méconnaitre cela n’est pas grave en soi… Mais il serait bon que lorsqu’il quelqu’un attire ton attention là-dessus tu essaies de réfléchir à ce qui t’es dit. Mais c’était peut-être beaucoup demander.

    Alors sois tranquille, rendors-toi et ne pense plus jamais à ce que j’ai dit, à toi les soirées promo et le petit travail tranquille de celui qui ne remet jamais en question les conditions de production de ce qu’il fait, la presse JV t’ouvre ses bras.

    Bonne journée tout de même.

  9. « J’ai dû toucher un point sensible pour mériter une telle agressivité. »

    OBVIOUS troll is OBVIOUS.

  10. kwyxz est agressif parce que tu es désobligeant et incohérent et condescendant, et qu’à ça il est difficile de répondre quoi que ce soit d’intelligent, puisque tu n’es pas du tout sur ce plan-là. A la lecture de tes interventions hautaines et déplacées dans ces colonnes, on a juste envie de te dire « dégage et n’y reviens plus ».

    Non, on ne va pas te remercier de tes prétendues largesses, parce qu’on n’en a rien à faire sur ce blog-ci. Pour quelqu’un qui prétend vouloir ouvrir les yeux des gens, il serait bon que tu les ouvres toi-même sur ton attitude de demi-Dieu de… mais de quoi au fait ? Tu ne proposes rien pour crédibiliser tes propos complètement à côté de la plaque, ne t’étonnes pas donc qu’on ne te jette pas de fleurs.

    Alors soit tu te trompes de combat, mais je ne suis pas là pour en juger, soit tu t’es trompé de champ de bataille, et là clairement tu ne fais pas chier les bonnes personnes. Tu parles de « journalisme » (dont ta conception semble particulière) et de philosophes sur un « blog » de « jeux vidéos », il n’y a pas quelque chose qui cloche pour toi ? Si tu es convaincu que non, c’est plutôt à toi de remettre en question tes méthodes déplorables.

    Blogueur != Journaliste, cf http://www.kwyxz.org/weblog/humeur/the-truth-is-you-suck/ du même auteur.

  11. Hypolite : «jeux vidéo», bon sang de bois.

  12. Oups, toutes mes plates, quand je suis remonté, j’en oublie mes bonnes manières.

  13. michelv : j’avoue, cette phrase était stupide. Je me suis laissé aller à cause du ton et du contenu des messages précédents qui m’étaient adressés… mais ça reste une connerie de ma part. En tout cas je peux juste dire que sincèrement, je n’étais pas venu pour troller.

    Hypolite : désolé mais rien à répondre à ça, ce message n’a pas le début d’un argument (juste une posture anti-intellectualiste, sur le thème « c’est que des jeux vidéo, pas besoin de se prendre la tête » etc. Le néant de la pensée) et n’est fait que d’invectives.

  14. Oh, quand on ne prête pas attention à tes propres postures et tes invectives, on est aveugle et borné, mais quand tu ne prêtes pas attention aux miennes, c’est parce que ce sont justement des postures et des invectives. Soit, je m’y attendais un peu au fond, cela dit il y a un point crucial de mon commentaire que tu as dû manquer et que la honte m’étreint de devoir porter à nouveau à ta sublime connaissance, je lui ferai don d’un paragraphe entier pour le mettre mieux en évidence que je n’ai apparemment pas su faire dans mon premier commentaire :

    “Dégage et n’y reviens plus.”

  15. Heu oui merci pour ce commentaire très intéressant. Il était vraiment nécessaire que tu viennes défendre l’auteur de l’article de cette façon, hein, comme ça on voit bien qui est la brute agressive ; vraiment, ton apport à la discussion est absolument essentiel.

  16. @mlkd
    Monsieur,
    sans doute nanti de plus de temps libre que votre procrastination ne peut en supporter, vous souhaitez sur un blog de jeux videos débattre des aliénations du journaliste envers leur pourvoyeur d’information.
    A ces fins, vous invoquez à l’encan Bourdieu et Chomsky que vous semblez cependant méconnaître.
    Comme d’autres avant vous, sans doute avez-vous lu « sur la télévision » et « la fabrication du consentement » puis, satisfait de votre vacuité intellectuelle nouvellement remplie, vous êtes vous détourné du reste de leurs ouvrages pour aller prestement afficher vos nouvelles connaissances aux yeux de vos contemporains.

    Soit.

    Comprendre Bourdieu nécessite un certain bagage culturel et intellectuel que vous semblez désireux de posséder mais qui, en l’état, n’apparaît pas comme votre trait de caractère le plus frappant. S’il s’agissait de faire du simple name dropping, vous auriez pu ajouter Deleuze et Derrida à votre liste. Votre crédibilité n’en aurait pas été augmentée mais votre égo certainement.

    Bourdieu donc, et Chomsky bien sûr, plaidait effectivement pour une position critique du citoyen envers les médias. Cependant, chose que vous semblez oublier, ils n’en attribuaient pas pour autant un vice ontologique à ceux-ci mais en prêtaient la nature trompeuse à leur appropriation par les champs du pouvoir politique et économique, et, comme vous le savez sans doute, tout n’étant qu’affaire de lutte de champs, y voyaient donc un outil plus qu’un acteur.

    Par la suite, dans les ouvrages que vous n’avez pas lu, Bourdieu défendit la concordance de l’acteur-citoyen avec ces moyens d’expressions, entre autre par une exposition strictement subsomptatoire. Chomsky, encore vivant, le rejoint sur ce point mais y ajoute un vision agonotique plus virulente.

    Si vous êtes d’un certain âge, vous garderez sans doute en mémoire que Bourdieu mis en oeuvre ce qu’il prônait lui-même puisque ses apparitions dans les médias furent nombreuses jusqu’à la fin, douloureuse, de sa vie au point même d’alimenter ses détracteurs.

    On pourrait donc légitimement affirmer que l’auteur de ces lignes, dont Kwyxz est sans doute un pseudonyme, se pose là en digne héritier de la pensée de Bourdieu.

    Je doute que vous soyez en mesure de poursuivre longtemps sur ce sujet mais si d’aventure ils vous intéressait réellement, je serais heureux de vous faire parvenir un exemplaire de ma thèse « Bourdieu au XXIè – impact des médias citoyens sur la réappropriation du champs d’information ».

    En attendant, laissez nous lire nos blogs de jeux video tranquille.

  17. Merci de ce message, qui serait sans doute plus agréable s’il n’était pas aussi paradoxal (vous me reprochez, implicitement ou explicitement, ce que vous mettez beaucoup d’ardeur à truffer votre message : name-dropping, mise en doute de la culture d’autrui – de façon plus ou moins insultante par ailleurs etc.), et si tout ce qui suit le mot « soit » n’était pas aussi vague. Vous seriez bien aimable de me dire en quoi ce que vous affirmez contredit ce que j’ai pu écrire sur cette page, exactement.

    Et merci de ne pas perdre votre précieux temps à conjecturer sur ce que j’ai lu ou non, utilisez plutôt ce temps pour essayer sincèrement de dire quelque chose, et non seulement essayer de me clouer le bec par votre vocabulaire/suffisance/connaissance de concepts etc.

    J’ai bien compris que vous ne m’aimiez pas, que je vous ai fait l’impression d’être un troll de la pire espèce (de ceux qui utilisent l’argument d’autorité, une culture aussi incomplète qu’étalée dans les grandes largeurs et j’en passe) mais je peux vous assurer que vous avez fait erreur là-dessus, et que je suis vraiment prêt à discuter (si tant est qu’on ait autre chose à me dire que le message précédent d’Hypolite).

    Merci.

  18. mlkd : vous reprochez à kwyxz de ne pas coller à votre définition de « journaliste indépendant non-acheté », et ils vous confirme qu’il n’y colle pas et qu’il n’a jamais essayé d’y coller. Il en profite pour vous signaler que ce post sert surtout à décrire comment ça se passe en coulisse, et comment les services marketing essaient d’acheter les critiques positives auprès des journalistes (entre autres). Il glisse au passage que c’est sa passion d’en parler.

    Vous lui reprochez alors d’en parler au lieu d’ignorer tout simplement cet aspect de l’industrie du jeu vidéo. S’il vous écoutait et le faisait, faudrait-il alors lui reprocher de passer sous silence ces pratiques abjectes ?

    Je passe sur la forme que vous employez et qui donne envie de tout sauf de vous soutenir ; je voudrais défendre certaines des idées que vous essayez d’exprimer, mais là vous me rendez la tâche impossible.

    Maintenant ça suffit. Plusieurs personnes vous ont gentiment expliqué que vous étiez hors sujet et que votre ton était déplaisant, en restant patientes. Si vous souhaitiez réellement avoir une discussion on lirait dans vos commentaires moins d’attaques ad hominem. Et cela motiverait sans doute à vous répondre gentiment (ce que pourtant plusieurs personnes se sont efforcées de faire). Arrive un moment où on doit être capable de dire stop, de se calmer un grand coup, de tout relire depuis le début posément et de se rendre compte, le cas échéant, de ses erreurs.

  19. Vous parlez vous-même de « pratiques abjectes », mais est-ce vraiment ce qui ressort de l’article ? Y a-t-il vraiment une description de ce qui se passe en coulisse ? Ce n’est pas ce que j’ai lu. (« Merci à Microsoft et toute l’équipe de chez Edelman pour cette chouette soirée et le kit presse qui va avec ! ») Je n’ai vu que complaisance envers ce système et c’est précisément de cela que j’étais venu parler.

    Ensuite pour les questions de politesse et plus généralement de tenue du débat, j’avoue avoir parfois pu être trop dur, mais, sincèrement, je me demande bien où vous avez pu voir de la gentillesse et de la patience dans les réponses qui m’ont été faites. J’ai juste vu un groupe s’auto-protéger, sans que le fond du sujet soit abordé, par l’insulte, l’accusation de trollisme, la demande expresse de quitter les lieux, l’intimidation (par un texte malicieusement saupoudré de termes rares, mêlant arguments d’autorité, insultes très paresseusement masquées voire pas du tout, argutie scolastique la plus vaine etc. sans que son auteur ait fait le moindre effort pour avancer un seul argument), etc.

    Voir ceci n’a pas été inintéressant.

  20. Je n’ai vu que complaisance envers ce système et c’est précisément de cela que j’étais venu parler.

    C’est sûr, ton premier commentaire ressemblait vraiment à s’y méprendre à une tentative de discussion posée et amicale. Ça donnait réellement envie de répondre gentiment et patiemment.

  21. Le terme de « pratiques abjectes » ne reflétait en rien mon opinion, j’essayais simplement d’imaginer ce que vous lui reprocheriez dans une autre situation, en me mettant à votre place. On dirait vraiment que vous êtes prêt à tout pour continuer à troller, y compris faire semblant de ne pas comprendre.

    Un conseil : si vous voulez qu’on vous réponde sur le fond, ne commencez pas ad hominem. Et ne venez pas ensuite parler de politesse quand vous êtes clairement le pire ici à ce sujet, et le premier à avoir dégainé.

    Pour le fond du sujet :
    – kwyxz vous a répondu très exactement sur ce sur quoi vous l’attaquiez (c’est le mot), mais apparemment sa réponse ne vous plaît pas. Alors quoi, il faudrait qu’il se mette à penser comme vous ? Pour lui, accepter d’aller à ces soirées et en rendre compte ensuite n’est pas « se vendre pour un ou deux DVD » ; pour vous, si. Vous a-t-il attaqué parce que vous ne pensiez pas comme lui ?
    – ensuite vous avez voulu déplacer le débat, et CEPCAM vous a répondu sur le fond là où vous le déplaciez ; vous avez donc répondu sur la forme tout en affirmant qu’il évitait le fond. Ça ne trompe personne.

    Enfin, vu le ton de votre premier commentaire, je suis assez admiratif que kwyxz vous ait répondu aussi correctement (et sur le fond) au lieu de vous envoyer chier ; c’eut été amplement mérité.

  22. Soit c’est de la malice et ce mec est un manuel vivant du parfait petit troll, soit c’est de l’inconscience et je m’inquiète pour sa manière égo-centrique de voir le monde.
    Mais si je penche pour le premier cas vu le ton ironique plusieurs fois employé, la persévérance dont il fait preuve peut faire craindre le deuxième.

    Quel que soit le cas, un quelconque débat est mort avant d’avoir pu avoir l’audace d’apparaître dans ces commentaires, ce qui rend toutes les interventions pour le raisonner vaines. Louables, mais vaines.

  23. kwyxz : désolé si je t’ai traumatisé… Mais je pense que l’ironie était une bonne réponse au contenu nullissime de l’article. Après, si tu ne vois là-dedans que quelque chose de parfaitement normal, eh bien tant pis. En tout cas j’ai bien aimé ton appel au secours sur Twitter et la discussion qui a suivi (sur le mode : « ah maintenant il va être bien calmé avec tous ces trucs compliqués que tu as écrit, bravo mon gars »).

    toutankh : je pourrais montrer comment, depuis la première réponse, kwyxz n’a fait que répondre à côté de la plaque, mais ça serait long. Sur CEPCAM, qui aurait « répondu sur le fond »… Ah, je ris ! AAAH ! ♪ JE RIS ♫♪ DE ME VOIR ♪♪ SI BELLE ♫ [veuillez excuser cet interlude de la Castafiore, nécessaire quand je vois votre révérence imbécile pour votre champion de la pédanterie, presque aussi arrogant qu’il est stupide et vain. Un mercenaire de la scolastique, je n’avais jamais vu ça, mais il aurait pu faire bien mieux.]

    Alors oui, considérez que je n’ai été qu’un troll, ça sera plus reposant et ça vous évitera de vous interroger sur ce que vous faites. Bonne journée.

  24. COOL STORY BRO

  25. Bon, ça suffit maintenant, il faut partir monsieur. Et s’il faut qu’on admette qu’on est des arriérés moutonnant, acquis au système sans capacité mentale de remise en question pour ça, je veux bien le faire ici et maintenant. Juste pour que tu ailles prêcher tes inepties ailleurs.

  26. MAIS MEC PU…IN JE SAIS MEME PAS QUI C’EST CE BOURDIEU !!!

    On s’en fout là, on est sur un blog de jeu videos, je me fichais juste de ton style d’écriture et t’insultais ouvertement sur un ton péremptoire pour me la raconter, on est en train de faire un concours de la plus grosse là, t’es sur Internet.

    Personne se connait et personne n’en a rien a faire ni de toi, ni de moi, le seul truc intéressant ce sont les articles sur le jeu videox ici, pas nos commentaires.

    get a life Bro, tu sens pas très bon

  27. C’est pour ça que j’avais bien ri quand on m’avait reproché de ne pas tenir compte de la formidable avancée sur le fond qu’était ton message.

    « On n’a rien à faire des commentaires », pourquoi pas, mais j’aimerais comprendre pourquoi tout le groupe s’est soudé pour me faire comprendre que j’avais tort, qu’on m’a insulté à tour de bras et presque supplié à genoux de partir (Hypolite, I’m thinking of you, bro).

    Et puis à ce moment là on peut juste supprimer cette fonctionnalité et ajouter un bouton « j’aime », ça sera plus simple et plus honnête, si c’est tout ce qu’on attend des visiteurs du site.

  28. Ne m’appelle pas bro, je ne suis pas ton pote.

  29. Sinon mlkd tu en penses quoi toi de Halo Reach ?

  30. Rien, je ne compte pas y jouer tant que je n’aurais pas envie de payer un abonnement au Live (ce qui risque de durer vu que je me contente très bien du jeu online sur PS3 et PC). Sinon j’ai plutôt bien aimé les 3 premiers Halo.

Ajouter un commentaire