On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Communiqué de presse : Merlanfrit.net ouvre ses portes

Par • le 21/10/2011 • Vite dit

Il y a longtemps de cela, j’ai découvert le site critique Planetjeux tenu par le camarade Tony Fortin, directeur des Cahiers du Jeu Vidéo et coauteur de plusieurs livres sur notre loisir : Les jeux vidéo : pratiques, contenus et enjeux sociaux, Mythologie des jeux vidéo… J’ai également découvert le forum associé, ses grandes gueules et ses échanges musclés. Peu après la naissance de Gaming Since 198X (bientôt 4 ans, vous vous rendez compte…), j’ai vaincu ma timidité, et je me suis joint à eux. Inutile de dire que je ne l’ai pas regretté : j’ai découvert des gens passionnés et chaleureux, capables de coups de cœur et de coups de gueule homériques.

De fil en aiguille, les mises à jour de Planetjeux se sont raréfiées (NB : le premier qui fait un parallèle avec nous, je le bute, c’est clair ?), et les piliers du forum ont fini par migrer ailleurs. L’un d’eux, le camarade Martin Lefebvre, nous a donné l’hospitalité chez lui, au lieu dit Merlanfrit. Les conversations ont repris bon train, et notre petite communauté a même accueilli d’autres arrivants. Tout cela était très bien, mais il manquait un petit quelque chose. Comme par exemple un site. Eh oui à force de causer sur le forum, il y en a qui se sont dits qu’il fallait passer à l’étape supérieure. C’est chose faite avec Merlanfrit.net. Mais qu’est-ce donc que ce site ? Je vous laisse le découvrir tout de suite :

Communiqué de presse (Paris, le 24 / 10 / 2011)

Merlanfrit
Tu passes trop de temps devant ton écran.
merlanfrit.net nouveau site d’analyse du jeu vidéo, pour des critiques ludophiles et des game studies à la française.

Lancement du site le 20 octobre 2011, avec un dossier thématique consacré au très controversé L.A. Noire, suivi d’un dossier « Underdogs » qui prendra la défense de jeux de série B à partir de lundi 24 octobre 2011.

Pour toute information, contact@merlanfrit.net

Il est tôt, j’en suis encore au café, que me voulez-vous ?

Merlanfrit.net, site d’analyse sur le jeu vidéo a ouvert ses portes la semaine dernière.

Un de plus ?

Peut-être, mais Merlanfrit.net est habité par des critiques.

Des critiques ?

Curieuse créature que le critique ! La gueule pleine d’oeuvres, cette étrange bête à tête de poisson lanterne s’intéresse à tout, va fouiner dans les recoins les plus obscurs des ludothèques. Elle a parfois la dent dure, mais sait surtout que pour apprécier sa proie il s’agit de bien la mâcher. Quoique d’une gourmandise presque pathologique, le critique n’est pas prosélyte, et il sait recracher ce qui n’est pas à son goût ; il n’est pas du genre à avaler la bête toute entière, arrêtes comprises. Mais ce n’est pas pour autant un triste sire : il sait apprécier la perle sous les apparences rugueuses de l’huître. Il jette de ses yeux globuleux un regard parfois oblique, mais qui se veut toujours éclairant. Avec sa langue râpeuse, il lui arrive d’employer des mots compliqués, mais c’est parce qu’insupportable cuistre, le critique s’intéresse aussi à la littérature, au cinéma, ou aux sciences humaines.

C’est bien joli votre histoire de critique, mais qui se cache derrière ces masques de poissons ?

Nous sommes un collectif d’amateurs de jeu vidéo, formé au fil de rencontres, autour de sites vidéoludiques indépendants comme Planetjeux.net, ou bien à travers une participation aux Cahiers du jeu vidéo. Nous venons d’horizons différents : certains d’entre nous travaillent dans l’industrie vidéoludique, mais pour la plupart nous avons de toutes autres occupations, et ce n’est que le soir venu et les enfants couchés que nous enfilons notre panoplie de space marine ou de super détective pour nous cramer les yeux jusqu’à pas d’heure. Une chose est sûre : nous passons trop de temps devant notre écran, et nous avons tendance à jeter sur la réalité des yeux de merlan frit.

Et en pratique, si je daignais cliquer sur votre URL, qu’est-ce que je trouverais ?

En voilà du journalisme d’investigation de si bon matin ! Eh bien, nous avons commencé par une thématique consacrée à L.A. Noire, jeu controversé, désastre industriel, mais tout de même des plus passionnants d’un point de vue narratif. Ce lundi, nous commençons à chanter les underdogs, ces jeux de série B comme Alice : Madness Returns, Disaster : Day of Crisis, et bien d’autres, souvent mal-aimés mais qui n’en sont pas moins à défendre. A partir de début novembre, à l’occasion de la sortie de The Elder Scrolls V : Skyrim, nous consacrerons une série d’articles aux jeux d’exploration, qui nous emmènent au bord du ciel. Pour le reste, vous verrez bien.

Pour tous renseignements : contact@merlanfrit.net
Twitter : @merlanfrit

est

joueur depuis les années 80, et joueur passionné depuis 1990. Ouais, à peu près comme tout le monde ici, quoi. Sauf qu’en plus, il cause. Beaucoup. Mais alors beaucoup. C’est pas sain pour lui qu’il cause autant. Faudrait plutôt qu’il joue.


Email | Tous les posts de

Ajouter un commentaire