On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Genre: Enquète / simulation d'avocat • Editeur: Capcom • Date de sortie: 16 mars 2007

Phoenix Wright: Ace Attorney – Justice for All

Par • le 28/12/2007 • Nintendo DS, Tests & previews • Exemplaire du jeu payé avec nos sous •

Le premier épisode avait dépoussiéré un genre, le deuxième repart sur les mêmes bases pour le plus grand plaisir des amateurs. Le moteur du jeu est toujours le même et les mécaniques régissant les enquètes ainsi que les procès sont identiques. On retrouve même les personnages les plus hauts en couleur du précédent épisode, et si Benjamin Hunter, l’implacable procureur adversaire de Wright a disparu, il est remplacé au pied levé par quelqu’un dont le nom n’est pas étranger à notre héros…

Euh, votre honneur, je pensais…

Pearl a quelques secrets à dévoiler…

La première enquète est une nouvelle fois prétexte à enseigner les bases du gameplay. Pour ne pas trop gâter le plaisir des habitués, Phoenix souffre d’une amnésie passagère, artifice scénaristique malin permettant de rappeller le déroulement d’une session. Par la suite, les enquètes se complexifient et il ne sera pas rare de passer de phases de recherche à plaidoiries acharnées, les retournements de situation étant légion. Un nouveau système de « verrous » à débloquer en poussant les différents protagonistes à révèler leurs secrets fait son apparition et pimente les enquètes. Dommage qu’aucun chapitre bonus optimisé pour la DS ne vienne se greffer au paquet déjà bien corsé des mystères à résoudre. On reste finalement un peu sur sa faim et la durée de vie de cet opus est bien inférieure à celle du précédent épisode. Frustrant.

Outre sa courte durée de vie, on ne peut que regretter une VF de bien moins bonne qualité que celle de l’épisode précédent. Si les personnages conservent les expressions typées qui ont fait leur charme ainsi que leur humour décapant, le nombre de fautes d’orthographe explose et il n’est pas rare d’en déceler une par dialogue lors de phases cruciales du jeu, ne parlons même pas des mots carrément oubliés au passage, ce qui gâte le plaisir de la lecture et la rend même assez pénible. Un peu dommage puisque le nombre d’enquètes et donc de textes plus réduits n’incite pas à être plus clément que pour le précédent volet.

Malgré de nouvelles enquètes passionnantes, difficile de ne pas rester un peu déçu par cet épisode des aventures de Phoenix Wright. L'humour est toujours bien présent, les énigmes tordues également, mais la quantité de fautes d'orthographe et la durée de vie faiblarde font tache pour un titre qui néammoins donnera du fil à retordre aux fans, mais auquel le simple amateur pourra sans regret préférer le 3ème épisode Trials and Tribulations, considéré par les connaisseurs comme le meilleur de la série.

Tags: , ,

est

joueur depuis 1985. Multiplateformes, multigenres, souvent exigeant, parfois tatillon, mais jamais blasé.


Email | Tous les posts de

3 commentaires »

  1. Moi j’attend le 4ème épisode, Dominique de Villepin: Ace Attorney.
    Comment il te retourne le droit j’te raconte pas. Evidement avec son extension « J-F Copé: Business Law Killer ».

  2. Le 4ème épisode est déjà sorti au Japon et s’appelle Appollo Justice :-)

    Donc pour Domi, ce serait déjà le numéro 5 !

  3. Et surtout, c’est l’épisode avec les résolutions d’énigmes qui n’ont aucun sens : ouaisssss c’est le buste qui faisait croire que le type volait, parce qu’il avait accroché une cape. Ou les délires sur les possessions de corps… On dirait des mauvaises énigmes d’un point and click (façon Monkey Island) à la con par moments. C’est l’épisode le plus frustrant à ce niveau ; un peu comme la dernière enquête à rallonge du remake du 1.

Ajouter un commentaire