On jouait déjà avant ta naissance, donc on a raison

Genre: Course futuriste • Editeur: Sega / Nintendo • Date de sortie: 31 octobre 2003

F-Zero GX

Par • le 18/11/2007 • GameCube, Tests & previews • Exemplaire du jeu payé avec nos sous •

Ouais, genre.

Genre l’épilepsie ne vous atteindra pas. Sous prêtexte que vous êtes joueur depuis 1982, vous vous dites que vous avez vécu assez de flash lumineux et d’animations ultra rapides, au point d’y être blindés. C’est juste faux. Parce que vous n’avez pas encore rencontré F-Zero GX.

GENESE D’UN TRIP

Fils techno d’un papa rocker (F-Zero X sur N64), l’itération GX est un exemple impressionnant de l’entente entre les peuples, vu que le jeu a été développé par Sega. Ce qui est d’autant plus fort que la saga F-Zero a toujours été dévelopée en interne par les petits travailleurs de chez Nintendo. Ah oui, je vous préviens un petit peu tard, mais ce que je viens de vous dire était totalement inutile et me servait juste à étaler le peu de culture que j’ai. Ahem.

Turbooooooo

Revenons à nos moutons. L’esprit F-Zero, qu’est ce que c’est ? Et bien ni plus ni moins que 30 véhicules « fast as fuck » lancés sur des tracés concus par des level-designers alcooliques en pleine descente de LSD (half pipes, tubes, dénivelés gargantuesques, etc.). Autant vous dire que ça va charcler. Enfin charcler, pas tant que ça, vu que contrairement à un WipeOut autorisant l’utilisation d’armes, F-Zero vous demandera de vous concentrer uniquement sur votre conduite. Ou presque. Parce que bon, il est quand même autorisé de jeter les adversaires en dehors de la piste, dans une mer de lave ou une tempête de sable. Et, histoire de continuer la petite comparaison avec WipeOut, laissez moi vous dire que le jeu est plus rapide. Beaucoup plus rapide. Vous commencez à comprendre.

3, 2, 1…

Imaginez. Vous êtes dans le cockpit d’un vaisseau ultra rapide que vous avez customisé vous-même. Le ciel est d’un bleu étincelant et les 29 vaisseaux devant vous semblent tout petits. Au moment du départ, le mur du son est démoli à coup de masse, et le ballet de la rémanence des phares adverses vous donne le tournis. A peine lancé dedans, vous voilà sorti de votre rêverie par un concurrent qui drague votre carrosserie avec la sienne. Maintenant vous comprenez pour de bon. La lutte va être âpre.

Et comment qu’elle est âpre, cette gourgandine de lutte ! Parce que laissez-moi vous dire qu’à côté de F-Zero GX, tous les anciens font figure de balade de santé chez Casimir. Ici la vitesse multipliera la difficulté, déjà rendue exponentielle par la hargne des adversaires. Ils ne veulent pas vous voir gagner, à vous de les décevoir. Customisez votre vaisseau, optimisez les trajectoires, et passez beaucoup de temps à apprendre les pièges vicelards de chaque tracé. Enfin, là, c’est le minimum. Parce que tout celà ne vous servira à rien dans le tout nouveau mode mission, celui où à chaque virage mal négocié, un pirate entre chez vous et abat un membre de votre famille, pour que vous appreniez la leçon. Je vous conseille d’avoir beaucoup, beaucoup de cousins.

HA HA, CE TEXTE EST COURT.

Que dire donc sur F-Zero GX ? Il est beau, rapide, difficile, et met vos nerfs à rude épreuve, vous donnant un sentiment de jouissance à chaque checkpoint passé. Mais n’a-t-il pas de défauts ? Ben là tout de suite j’en vois pas, en fait. Les fillettes diront qu’il est un poil trop dur, mais il n’arrivent pas à tirer la substantifique moelle d’un gameplay simple et complexe à la fois.

Les nazes.

F-Zero GX, c'est un peu la pute de l'est gratuite et sans maladie que vous ne rencontrerez jamais. Elle est professionnelle, douée, incroyablement belle, et fait ce petit truc génial avec ses mains. Alors faites-vous plaisir. Soufflez sur le cube et offrez-vous un peu de bonheur.

Tags: , , ,

est

joueur depuis 1988. Il aime jouer, boire, écrire, et draguer ta maman.
Il te parlera surtout de rythm games, de trucs vaguement retro et de jeux de baston. Il est possible de le croiser dans quelque bar mal famé, sûrement en train d’activement préparer un test bourré.

Un type bien, donc.


Email | Tous les posts de

7 commentaires »

  1. Après avoir joué à F-Zero GX jusqu’à l’épuiser de tout ce qui est débloquable ou presque, j’ai décidé d’abandonner la course en découvrant des vidéos de ce genre. (Restez assis pour le visionnage ça décoiffe).

    On peut tout de même déduire au moins 2 choses de ces vidéos :
    – F-Zero GX est un jeu incroyablement technique à haut niveau (que ce soit voulu ou pas par les développeurs), et demande énormément d’entrainement.
    – La NGC est une machine très bien calibrée pour ne pas nous faire ressentir le moindre ralentissement même à cette vitesse.

    En conclusion, j’approuve cette note largement méritée.

  2. C’est… C’est beau.

  3. Je re-regarde la vidéo « Sand Ocean – Lateral Shift » et à chaque ouverture de circuit, là où moi je me crashais lamentablement comme une merde, le type réussit à gagner de la vitesse. Incroyable.

    Je regrette vraiment d’avoir revendu ce jeu, il faut que je le rachète, vite.

  4. Voilà c’est fait je vous maudis il était à 15 Euros sur Amazon.fr

  5. Muha.

  6. Bon, juste l’avis d’un non-gamerz…

    Mais je préfère de loin le F-Zero Terminal Velocity de la Gameboy Advance, à tel point que ça va peut être me décider à acheter l’adaptateur pour ma GC. C’est pas que c’est cher, mais bon :(

  7. Rha, je suis désolé de dire ça, mais après avoir lu éloges et louanges, je l’ai emprunté et… je me suis fait royalement chier. Je ne sais pas si c’est l’interface pourrie ou autre chose, mais vraiment, je l’ai rendu rapidement.

Ajouter un commentaire